Vous êtes ici
Accueil > Derniers articles > Telharmonium : le streaming audio façon 1906 !

Telharmonium : le streaming audio façon 1906 !

 

Diffuser de la musique à partir d’un téléphone n’est finalement pas une idée nouvelle. Pas plus que le streaming ! Au début du XXème siècle, un avocat un peu en avance sur son temps décide de créer le premier service de streaming audio. Ou tout du moins, son ancêtre le plus direct…

 

De la musique à la demande par le réseau téléphonique

 

Le Telharmonium a ainsi été inventé par l’avocat américain Thaddeus Cahill. Connu à ses débuts sous le nom de Dynamophone, ce système utilisait le réseau téléphonique pour transmettre de la musique à partir d’un point central situé dans le quartier de Midtown (Manhattan). Cette musique était acheminée vers des restaurants, des hôtels ou des résidences de particuliers à travers toute la ville. Les abonnés au service pouvaient demander à l’opérateur de les connecter au Telharmonium : le câblage de leur ligne téléphonique était alors relié aux câbles émergeant du Telharmonium. Les sons générés étaient dans un second temps acheminés vers le téléphone de l’utilisateur, qui était équipé d’un grand cône en papier destiné à amplifier le volume de façon passive (l’ampli électrique n’ayant pas encore été inventé)…

 

 

200 tonnes de machines permettent au système de fonctionner

 

La musique était générée en direct depuis ce que Cahill appelait la « Music Plant ». Un étage entier du bâtiment était réservé aux 200 tonnes de machines nécessaires pour générer les sonorités du Telharmonium ! En regardant ce monstre, les journalistes de l’époque avaient plutôt l’impression d’être en face d’une imposante usine de manufacture, plutôt que d’un instrument de musique… En dépit de toute cette machinerie, le Telharmonium avait besoin d’une intervention humaine pour produire des sons. Dans une chambre, un étage au dessus, deux claviers étaient reliés aux rotors et aux générateurs. Des musiciens avaient été recrutés par Cahill pour jouer de ces claviers modifiés. D’après Andy Cavatorta, deux musiciens jouaient 24/24 ! A sa sortie en 1906, ce système avait littéralement ébloui ses contemporains…

 

 

Pionnier de la musique électronique et du concept de virtualité

 

Le grand public a pu apprécier les joies du Telharmonium à la maison à partir de 1907. Économiquement et technologiquement bancal, le système de 200 tonnes mis en place par Cahill est démantelé en 1920. Imaginez si 10 000 personnes supplémentaires s’abonnaient au service… Il aurait fallu construire une autre « usine » pour les approvisionner en musique. Mais les apports du Telharmonium au développement de la musique électronique restent indéniables ! L’orgue Hammond est dérivé de technologies utilisées par Cahill pour le Telharmonium. Et de l’orgue Hammond découle le premier synthétiseur analogique (Moog, etc…), qui donnera lui-même naissance au clavier électronique et aux pianos numériques. L’invention de Thaddeus Cahill a aussi popularisé le concept de virtualité : l’idée que des choses qui ne sont pas là, peuvent être là.

 

 

Vous souhaitez en savoir plus ? Nous vous invitons à lire l’excellent livre de Laurent de Wilde intitulé « Les fous du son », qui retrace l’incroyable histoire du son en se penchant sur les destins d’acteurs incontournables comme Edison, Martenot, Moog, et bien sûr Cahill.

 

 

Sources :

 

– Les fous du son, Laurent de Wilde, Grasset, 560 pages
– http://www.atlasobscura.com

Laisser un commentaire

Haut
Partagez !